Gérard Garcia est Directeur associé d’un cabinet de Management de transition juridique

Un parcours tri-culturel entre Porto-Rico, les États-Unis et la France, trilingue anglais, français et espagnol, Gérard Garcia, juriste international, a une trajectoire peu ordinaire qui l’a conduit notamment sur tout le continent américain et dans de grands groupes industriels du secteur de l’énergie.
Directeur associé d’IMfinity, Gérard Garcia porte un regard singulier sur le management de transition juridique. Entretien.

L’interview de Gérard Garcia, spécialiste du management de transition juridique

Quel est pour vous le principal avantage du management de transition ?

Sans hésiter la flexibilité. Flexibilité pour l’entreprise qui décide de la durée de la mission, qui maîtrise le coût et ne fait pas peser cette ressource sur la masse salariale, qui peut aussi trouver grâce à IMfinity le mouton à 5 pattes qui alliera les expertises, l’expérience et les qualités humaines nécessaires. Flexibilité pour le manager qui peut choisir ses missions, varier les entreprises et les secteurs d’activité, aborder des problématiques différentes à chaque fois, et aussi profiter des intermissions pour se consacrer à d’autres activités, se former ou être coaché comme nous le proposons chez IMfinity.  

J’ajoute que dans les fonctions juridiques, un manager de transition acquiert en quelques missions plus d’expérience qu’en 10 ans dans la même entreprise. C’est donc un véritable atout dans un développement de carrière.  

Quelle place est faite au management de transition juridique en France ?

Le recours au management de transition sur les fonctions juridiques est assez récent. L’habitude de travailler avec des avocats reste forte, pourtant les entreprises qui y font appel sont très satisfaites. Elles voient le levier de performance que constitue le directeur juridique de transition à la fois auprès des autres directions internes mais aussi au sein même de l’équipe de juristes.  

Quel levier de performance constitue le directeur juridique de transition ?

Détaché des jeux de pouvoir internes, et sans enjeux de carrière, le directeur juridique de transition se concentre sur le résultat. Il apporte à la fois le recul et le regard de l’expert, sans parti pris. Pleinement intégré aux projets et aux équipes, il a la liberté de pointer les dysfonctionnements comme de repérer les potentiels et les opportunités. Surtout, en participant à toutes les activités de l’entreprise (commercial, finances, social, R&D, international…), il a un impact sur sa performance globale. 

Quels sont les champs d'intervention d'IMfinity sur les fonctions juridiques ?

Notre vivier nous permet de couvrir un très large spectre de compétences : droit des affaires (droit des contrats, fusions-acquisitions, droit des sociétés, fiscalité, international…), droit social, propriété industrielle… Depuis mon arrivée chez IMfinity, il y a un an, j’ai été en contact avec plus de 200 juristes aux talents les plus variés.

Comment savoir quel est le bon profil ?

Ayant exercé des responsabilités dans des grands groupes et dans des contextes variés (international, contentieux, projets à forts enjeux stratégiques), ma connaissance des problématiques juridiques et ma propre expérience en entreprise me permettent de comprendre rapidement les besoins de l’entreprise. Cette proximité de compréhension – nous parlons le même langage ! – et une réelle empathie à l’égard des clients comme des managers de transition sont la garantie d’une sélection de qualité pour chacune des parties. Evidemment, nous travaillons beaucoup en amont avec nos intervenants pour connaître leurs points forts et leurs attentes. Notre objectif est d’apporter au client une solution opérationnelle rapidement et de lui éviter une phase de recrutement qui demande du temps et de l’investissement. 

Après une année au sein d'IMfinity en tant que Directeur associé, auriez-vous un retour d'expérience à partager ?

Au risque de vous étonner, le plus délicat n’est pas forcément de trouver le manager de transition mais de définir avec le client le besoin et le périmètre de la mission. C’est aussi ce qui est passionnant : analyser sa situation, ses enjeux et ses attentes, construire avec lui le meilleur profil pour lui apporter le meilleur intervenant.  

Le bon manager de transition est celui ou celle qui répond aux besoins en expertises (même les plus inattendues), dispose d’un niveau d’expérience pertinent mais aussi, nous y tenons beaucoup chez IMfinity, sait mettre en œuvre les savoir être adaptés à la culture de l’entreprise, à ses pratiques managériales et hiérarchiques pour y être efficace mais aussi s’y sentir à l’aise. Une start-up de la Tech ne fonctionne pas comme un grand groupe industriel !  

En savoir plus en cliquant  ICI

Au risque de vous étonner, le plus délicat n'est pas forcément de trouver le manager de transition mais de définir avec le client le besoin et le périmètre de la mission. C'est aussi ce qui est passionnant : analyser sa situation, ses enjeux et ses attentes, construire avec lui le meilleur profil pour lui apporter le meilleur intervenant. Le bon manager de transition est celui ou celle qui répond aux besoins en expertises (même les plus inattendues), dispose d'un niveau d'expérience pertinent mais aussi, nous y tenons beaucoup chez IMfinity, sait mettre en œuvre les savoir être adaptés à la culture de l'entreprise, à ses pratiques managériales et hiérarchiques pour y être efficace mais aussi s'y sentir à l'aise. Une start-up de la Tech ne fonctionne pas comme un grand groupe industriel !

Gérard Garcia
Directeur Associé Pôle Juridique chez IMfinity.

Article sous la supervision de Claude Fernandez.